IOT in retail

L’IoT (Internet of Things, « Internet des objets connectés ») s’est développé ces dernières années autour de nos lieux de vie. Cette extension de l’Internet permet à des objets de la vie quotidienne comme les montres, les bracelets, … de devenir « connectés » et d’échanger des données.

L’IoT est parfois considéré comme une partie d’un Web 3.0. Ce terme désigne le futur de l’Internet actuel (le Web actuel est le Web 2.0, le Web dit « social »). Cette tendance est partie des étiquettes RFID au début des années 2000, et a beaucoup évolué avec l’arrivée des technologies de géolocalisation et les possibilités offertes par le Wifi et autres technologies boostant la connectivité.

Les magasins et le retail n’échappent pas à cette évolution. Une étude d’Aruba Networks précise en effet qu’en 2019, 79% des organisations du retail auront adopté les technologies IoT. Le retail fait d’ores et déjà appel à de nombreux devices de l’IoT. On pourrait citer les montres connectées, les paniers connectés, les ceintures, les badges et bien entendu les étiquettes connectées. La question est de savoir si les nombreux avantages apportés par ces nouvelles technologies dépassent leurs inconvénients.

La sécurité, un problème non négligeable de l’IoT

L’un des points de vigilance autour de l’utilisation de ces nouveaux devices est certainement la sécurité (ou plutôt le manque de sécurité) de ces petits ou gros appareils électroniques. Pour rappel et exemple, en 2016 ont eu lieu de très sérieuses attaques DDos (les attaques par déni de service). L’objectif est de rendre indisponible un service ou serveur, en inondant le réseau ciblé de demandes au serveur. Ce type d’attaques est à l’origine de la mise hors-ligne des platefomes Twitter, AirBnb et Spotify pendant des heures.

Ces objets sont une cible de choix pour des hackers, car ils sont souvent oubliés assez vite après leur configuration de base, sans protection spécifique dans les infrastructures réseau (citons les caméras par exemple). Les mots de passe d’administration sont souvent les mêmes (le fameux login « admin » et mot de passe « password »). Il est donc facile d’en prendre le contrôle, ces objets offrant une porte d’entrée facile aux hackers. A cause de ces failles, les attaquants peuvent ensuite pénétrer les réseaux sécurisés (car ces objets sont connectés en Wifi).

En plus du risque de voir ses devices utilisés lors de ces attaques de grande envergure, les utilisateurs voient également se développer des menaces classiques comme les spywares (logiciels espions) ou le phishing. Tous ces objets sont finalement tout autant, voire plus vulnérables aux virus que ne le sont nos ordinateurs. Il ne faut également pas oublier qu’il est très difficile pour un fabricant de mettre à jour des devices assez anciens et un peu oubliés sur les réseaux. Les recommandations pour éviter les attaques sont :

  • la sensibilisation des équipes,
  • la compartimentation du trafic sur le réseau,
  • ou encore les analyses régulières de ces appareils.

D’autres points de vigilance

Parmi les remontrances reportées par les utilisateurs, on peut également noter la connectivité, et en particulier le Bluetooth. Tout un chacun a déjà pu expérimenter les problèmes de connexion/déconnexion liés à cette technologie. Ceci sans parler du fait qu’elle permet une connexion de pair à pair, et qu’on ne peut pas donc pas se connecter à plusieurs sur un device.

Un autre problème de ces objets est lié à leur consommation d’énergie. Utilisés en continu, s’ils ne sont pas branchés, leur batterie doit souvent être rechargée. Ceci limite leur durée de vie avant rechargement, et donc leur utilisation en mobilité.

Enfin, ces nouvelles technologies, qui évoluent très vite, nécessitent une formation au préalable. Les utilisateurs, les vendeurs en magasin, ne les maîtrisent pas toujours. Au lieu d’apporter fluidité et nouvelles expériences aux clients, cela peut amener frustration et files d’attentes en cas de problèmes. Le vendeur doit alors prendre du temps pour résoudre les problèmes liés à ces objets, au lieu de vendre des produits.

Le support nécessaire à l’utilisation de ces nouveaux outils implique aussi pour le retail l’ajout de partenaires IT dans la chaîne, donc des coûts supplémentaires. L’explosion du trafic engendré par ces devices se multipliant pourrait affecter la qualité de service du Wifi des magasins, voire mettre hors service des serveurs à cause du nombre de demandes et de la complexité engendrée.

 

Les bénéfices apportés par l’IoT ne sont plus à démontrer. Ces objets ont déjà révolutionné notre quotidien et s’apprêtent à poursuivre leur croissance, en particulier dans les magasins connectés. Cependant, ces technologies ne viennent pas sans inconvénients. Il est important d’en avoir conscience au moment de passer au Web 3.0, car ces derniers ne sont pas négligeables, les problèmes de sécurité en premier lieu.

 

Loïc Tarantola – Consultant

Date initiale de publication : 28 septembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus
scroll to top