Depuis la rentrée 2009, le ministère de l’éducation nationale expérimente dans douze académies l’utilisation de Manuels scolaires Numériques (MN) via les Espaces Numériques de Travail (ENT) des établissements.

Guillaume ROBIN, gestionnaire du collège Germaine Tillion sur la commune de Lardy (Essonne), nous a ouvert les portes de son établissement et nous a permis d’aller à la rencontre des enseignants et des élèves afin de connaitre leur ressenti par rapport à ces nouveaux outils mis à leur disposition.

Quelques informations sur le collège

Le collège Germaine Tillion, situé sur la commune de Lardy a été inauguré en 2008 et fait partie de ces collèges pilotes pour l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) dont l’objectif est de mettre à disposition des enseignants des nouveaux outils de communication et d’apprentissage permettant de rendre les cours plus interactifs.

Près de 550 élèves et 36 professeurs évoluent quotidiennement dans l’enceinte de cet établissement.

 

L’Espace Numérique de Travail : utilisation et premier bilan

« C’est une bonne idée, mais cela ne fonctionne pas… », nous déclare aussitôt un professeur de mathématiques venu nous rejoindre.

Pour se connecter à l’Espace Numérique de Travail (ENT) du collège Germaine Tillion, l’utilisateur doit se rendre sur le site web de l’établissement http://www.clg-tillion-lardy.ac-versailles.fr/ (site web réalisé par le directeur de l’établissement) et se connecter muni de ses codes d’accès. Suivant son rôle, chaque utilisateur aura accès à des données différentes. L’élève, reçoit ses codes en début de scolarité et a à sa disposition les renseignements utiles comme : l’agenda, le menu, le cahier de textes, les notes mais aussi les exercices à faire. Ces informations sont renseignées par le personnel administratif et enseignant et peuvent être consultées par les étudiants à tout moment à partir d’un ordinateur et d’une connexion internet. Un relevé de la fréquentation du site signale 63 524 connexions depuis septembre 2009.

Cependant cette fréquentation se heurte à des gros problèmes techniques.  La commune de Lardy bénéficie d’une mauvaise connexion réseau, ce qui limite l’utilisation des possibilités de l’ENT par l’administration, le corps enseignant, ainsi que les élèves. Ce professeur de mathématiques nous explique que de simples opérations, comme l’ajout de notes, qui ne doivent prendre que quelques minutes peuvent prendre plusieurs dizaines de minutes, générant un « climat de démotivation » au sein des enseignants. Ce problème remontant au début de l’ouverture du site n’a toujours pas été résolu à ce jour avec le fournisseur d’accès internet.

L’utilisation du Manuel Numérique

Afin de pallier aux problèmes de connectivité, les professeurs utilisent le Manuel Numérique (MN) en local. Au sein de l’établissement, le Manuel Numérique n’est pas obligatoire et dépend fortement de la volonté des différents professeurs.

Chaque professeur a ainsi à sa disposition, pour utiliser le manuel numérique, deux classes multimédias, 3 salles technologiques, 3 tableaux interactifs (5 de plus en cours de commande), 2 classes mobiles ainsi que plusieurs boitiers multimédias et rétroprojecteurs… L’équipement étant en grande partie subventionné par les collectivités (Conseil Général).
La rencontre des différents professeurs nous a permis d’avoir plusieurs avis concernant l’utilisation du Manuel Numérique.

Pour ce professeur de physique, qui lui utilise quotidiennement le Manuel Numérique en cours, ces nouveaux outils vont révolutionner la manière d’enseigner. Ils permettent de rendre le cours plus interactif et de « mixer » différentes sources d’informations facilement (vidéos, schéma, animations, quizz, lexique intégré, etc.). La remise en cause de sa façon d’enseigner ainsi que l’augmentation du temps de préparation des cours n’est pas un frein pour ce professeur, car ceci est compensé par une participation plus importante des élèves.

Cet autre professeur de mathématiques lui, n’utilise pas le Manuel Numérique. Pour lui, le manuel numérique n’est qu’une copie conforme de son manuel papier et n’apporte pas de réelle plus value à sa matière. Même s’il admet que d’autres professeurs de mathématiques l’utilisent, il reste réticent. Il nous confiera, que par nature il est peu sensibilisé à l’utilisation des nouvelles technologies et il se pose des questions quand à la sécurité du système mais aussi son utilisation à long terme :

  • Comment éviter les virus lorsque les élèves rendront leurs devoirs sur clé USB ?
  • Comment vérifier que tous les élèves disposeront d’un ordinateur et d’une connexion internet à leur domicile pour réaliser leurs devoirs ?

Autant de questions qui méritent d’être soulevées et auxquelles nous n’avons pas encore de réponses.

Enfin ce professeur de Biologie, nous explique qu’il aimerait l’utiliser, mais que les salles multimédias ne sont pas toujours disponibles. De plus, il a une certaine appréhension à utiliser le tableau blanc interactif. La formation dispensée n’étant pas assez complète, les professeurs ne sont pas rassurés.

L’avis quant à l’utilisation du Manuel Numérique est assez partagé au sein de l’établissement. Cependant on peut distinguer trois catégories d’enseignants :

  • Favorables à l’utilisation du Manuel Numérique : En général ils ont déjà une bonne maîtrise des technologies de l’informatique et sont toujours désireux de découvrir de nouveaux outils.
  • Indécis quant à l’utilisation du Manuel Numérique : ils sont curieux à l’idée d’utiliser les différents outils mis à leur disposition mais appréhendent leurs utilisations.
  • Réticents à l’utilisation du Manuel Numérique : ils sont peu sensibilisés à l’utilisation des nouvelles technologies et ne voient pas une réelle plus value.

Mettre à disposition des enseignants des ressources numériques innovantes était l’un des objectifs fixé par le ministère de l’éducation nationale. Le Manuel Numérique répond clairement à cet objectif.

Cependant la mise à disposition de ces ressources dépend fortement des éditeurs et des matières. En effet, au sein de certaines matières, le Manuel Numérique n’est qu’une simple copie numérisée du manuel papier alors que dans d’autres, le Manuel Numérique se comporte plus comme une base de contenus multimédia que le professeur peut utiliser et est donc un fort complément interactif au manuel papier.

Malgré les freins constatés (formation, contenu innovant, etc.), l’évolution se fait de plus en plus dans le sens du numérique, comme nous confirme Guillaume Robin. En effet, de plus en plus de professeurs qui étaient au départ réticents à utiliser le manuel numérique voient leurs collègues l’appliquer en cours et décident de s’y mettre. Le Manuel Numérique se comporte comme un complément au manuel papier, mais en aucun cas comme une solution de remplacement.

Le manque de formation est comblé par les autres enseignants, férus d’informatique, qui utilisent leur temps libre à former les autres professeurs.

Malgré les difficultés, le pari de la l’établissement MN & ENT semble réussi

Rendre l’enseignement plus interactif demande un effort plus important de la part des professeurs pour préparer leurs cours mais ceux-ci sont prêts à tenter le pari et à modifier leur manière d’enseigner. En effet, des cours plus ludiques et plus interactifs captivent l’attention des élèves et augmentent la participation de ceux ci. Une meilleure formation et un meilleur accompagnement des enseignants permettraient d’améliorer le pourcentage d’utilisation de ces nouveaux outils.

Malgré les différents problèmes rencontrés (connexion réseau, sensibilisation des professeurs aux nouvelles technologies, formation inexistante, etc.), l’utilisation de ces nouveaux outils est plutôt bien reçue par le corps enseignant. En effet cinq nouveaux équipements (tableaux blancs interactifs) sont en commandes et équiperont bientôt les salles de classe du collège Germaine Tillion.

D’autres questions méritent aussi d’être posées comme :

  • Comment assurer un enseignement équitable hors de l’enceinte de l’établissement :  ne créera-t-on pas un déséquilibre entre les élèves possédant une ordinateur et une connexion internet et ceux n’en possédant pas ?
  • Comment les familles nombreuses géreront-elles les devoirs : Plusieurs enfants – plusieurs ordinateurs ?

Toutes ces questions trouveront leurs réponses avec le temps, et personne n’a assez de recul pour se prononcer pour l’instant.

Une réelle politique de modernisation du collège a été déclarée par le ministère de l’éducation nationale. Comme tout projet pilote, l’initiative du collège numérique connaît quelques ratés et est portée à bout de bras par le personnel administratif et enseignant des établissements.

Cependant nous sommes dans la bonne voie pour un enseignant plus interactif et participatif. Le personnel enseignant semble en avoir pris conscience et commence à apprivoiser ces nouveaux outils, qui ne sont pas là pour remplacer les moyens d’enseignements actuels, mais pour les compléter. A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus
scroll to top