Recherche vocale

La recherche vocale est un phénomène qui n’est plus si nouveau mais qui prend de l’ampleur. En effet, dans nos vies quotidiennes, nous sommes une grande majorité à utiliser cette technologie. S’il manque des chiffres pour le marché français, on peut se reposer sur quelques études réalisées aux Etats-Unis pour comprendre ce phénomène.

Quelques chiffres sur la recherche vocale

Selon une étude de 2015 par GlobalWebIndex sur les tendances des recherches en ligne, près de 20% des internautes américains utilisent la recherche vocale sur leurs smartphones. Parmi eux, plus de 46% sont âgés de 16 à 34 ans.

Parallèlement, selon une étude Google de 2014, 1 adolescent sur 2 et 1 adulte sur 4 utilisent la recherche vocale plus d’une fois par jour. Ces chiffres semblent encore bien loin du potentiel à venir. En effet et d’ici 2020, une étude Comscore de 2016 prévoit que 50% des recherches soient réalisées par la voix !

Face au manque de chiffres sur le marché français, le JDN a tenté de faire ressortir une tendance via Google Trends. Selon cet outil, la requête « appeler maman » est deux fois plus souvent traitée par le moteur qu’il y a deux ans en France.

Un peu d’histoire

Les prémices de la recherche vocale telle que nous l’entendons aujourd’hui datent du début des années 2000. En 2001, l’entreprise Google s’intéresse à l’application de la reconnaissance vocale sur ses produits. Et dépose une demande de brevet pour une « interface vocale pour moteur de recherche ».

Et en 2004, Google lance le tout premier essai en matière de recherche vocale. Cependant, l’expérience utilisateur est loin d’être au rendez-vous ! A cette époque, l’utilisateur doit appeler un numéro de téléphone pour poser sa question et ensuite découvrir les résultats en ouvrant son navigateur.

Heureusement pour nous, la technologie a fortement évolué, et nous permet aujourd’hui de poser n’importe quelle question après un simple « OK Google ».

Le marché de la recherche vocale est actuellement partagé entre 4 acteurs principaux :
Acteurs de la recherche vocale

Les technologies évoluent

Ce phénomène est encouragé par les avancées technologiques de notre époque.

Tout d’abord, les assistants numériques sont arrivés dans nos smartphones : Siri (Apple), Google Assistant et Cortana (Microsoft). Mais outre nos smartphones, ce sont aussi les assistants intelligents qui arrivent dans nos maisons pour échanger verbalement avec nous. « Echo » d’Amazon ou « Home » de Google peuvent répondre à vos requêtes vocales et sont de mieux en mieux à même de comprendre notre langage naturel grâce au machine learning.

Ces derniers arrivés dans nos maisons permettent de lancer votre playlist préférée sur Deezer, de commander une pizza, de connaître la météo du jour, de faire venir un Uber en bas de chez vous, ou encore d’éteindre les lumières de votre salon.

Dans ce contexte, il devient évident que la recherche vocale gagne en popularité. Les habitudes des consommateurs sont en train d’évoluer rapidement.

Les habitudes changent

La recherche vocale est donc avant tout un phénomène marqué par les changements d’habitude des consommateurs. En mobilité, la majorité des utilisateurs font appel à la recherche vocale pour trouver ce dont ils ont besoin.

On l’a compris, la nature des requêtes a changé. Avec la voix, ce sont des commandes que l’on exprime et moins une recherche d’informations. La réponse doit être immédiate et plus ciblée. Pour les entreprises, il s’agit de s’adapter et de mettre en place une syntaxe orale pour compléter la syntaxe écrite qui dominait jusqu’alors. Surtout dans les stratégies digitales payantes.

En effet, les recherches vocales sont plus longues que les recherches écrites. A l’écrit, une recherche comporte entre 1 et 5 mots. Les recherches orales, elles, oscillent entre 6 à 10 mots clés. C’est l’avènement de la longue traîne !

 

Pour conclure, plus que de chiffrer le phénomène, il faut retenir que la progression du volume de recherches est un fait. Et garder à l’esprit que ce phénomène n’est pas sans avoir d’incidence sur le SEO. Cette révolution des interactions va pousser les entreprises à repenser leur stratégie SEO et SEA. C’est pourquoi, ce sujet avait été identifié comme l’une des 5 priorités des référenceurs en 2017 et va les occuper une bonne partie du temps sur 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus
scroll to top