Innovation Santé

A la veille du salon Paris Healthcare Week qui se déroule du 24 au 26 mai, voici quelques-unes des dernières innovations technologiques des industries pharma et santé.

A l’image du récent rachat de Withings par Nokia, les entreprises du numérique (comme Google, Samsung ou encore Uber) investissent le marché de la santé en nouant des alliances avec les laboratoires pharmaceutiques. Aujourd’hui partenaires, Big data et Big pharma stimulent l’innovation tous azimuts et dessinent l’offre de santé de demain.

1. L’IoT et la collecte de données

Les objets connectés (en anglais Internet of Things, IoT) se multiplient, de nombreux objets du quotidien sont concernés : montres, frigos, balances ou encore technologies domotiques relient ces objets et leurs données à nos smartphones et ordinateurs. Autrefois cantonnées aux « wearables », les perspectives dans le secteur médical ne cessent de se préciser et de nombreux acteurs du numérique et du médical – grands groupes ou start-up – accélèrent le pas.

En Californie l’entreprise de biotechnologie Proteus a développée un « comprimé intelligent ». Son concept : une puce connectée, qui une fois dans l’estomac transmet de nombreux paramètres médicaux vers un smartphone qui pourra les analyser. Les données collectées permettent ainsi de suivre la santé du patient comme son assiduité dans le traitement. Dès 2010, le laboratoire Novartis avait participé aux premières levées de fond pour permettre son développement et son autorisation de mise sur le marché.

 

 

Autre technologie avant-gardiste et très prometteuse : les tatouages connectés de Chaotic Moon. Grâce à une encre conductible reliée à une micro-puce électronique, le tatouage ambitionne de suivre l’état de santé de son porteur, stocker les données et alerter le médecin en cas d’anomalie.

 

 

2. La pharma en pointe dans le traitement des données

Le groupe pharmaceutique suisse Roche, champion des outils de diagnostic, entend utiliser la masse d’informations disponibles grâce à la mise en commun des données, pour accélérer et fiabiliser ses diagnostics. La mise en commun des données récoltées –anonymisées– permettra de dessiner des profils de malades et ainsi prescrire rapidement un traitement de plus en plus personnalisé. Les montres, tatouages ou pilules connectés permettront de suivre en temps réel l’impact du traitement et de l’adapter si besoin.

3. Transport et logistique

D’abord cantonnés aux activités militaires ou récréatives, les drones s’approchent d’une utilisation logistique à grande échelle pour la livraison de colis, mais également dans le domaine médical. Le constructeur chinois EHang, star du dernier salon CES de Las Vegas vient en effet de signer un partenariat avec l’entreprise américaine Lung Biotechnology. Filiale d’un groupe pharma américain, Lung Biotechnology est spécialisée dans la xeno greffe (greffe d’organes animaux sur des humains) et dans l’impression d’organes 3D. L’accord de 15 ans concerne le développement et la livraison d’un millier d’exemplaires du drone EHang 184. Connectés en réseau autour d’établissements de santé, les drones permettront d’assurer le transport d’organes entre les zones de production et les patients en attente de greffe, de manière plus rapide et plus économique.

Plus terre à terre, l’entreprise de VTC Uber vient d’annoncer un partenariat avec la plateforme de prise de rendez-vous médicaux mondocteur.fr. Lors de la réservation avec le praticien, l’utilisateur aura la possibilité de réserver un véhicule qui le conduira directement à l’établissement médical. Une incursion de plus du géant américain sur le marché du transport médical.

Deux technologies qui visent à faciliter et accélérer le transport médical, et qui à terme, pourraient contribuer à réduire les déserts médicaux.

4. La robotique et l’assistance aux personnes

On savait Google intéressé par la « vision augmentée » depuis les Google Glass. Ce sont désormais les lentilles de contact connectées qui attirent toutes les attentions de Google, Sony ou encore Samsung.

En 2014, Google et Novartis s’associaient pour développer une lentille dotée de capteurs permettant de mesurer au niveau de l’œil le taux de glycémie. Un projet qui s’il aboutit représenterait un véritable soulagement et un suivi facilité pour les patients atteints de diabète.

De son côté, Samsung a déposé un brevet digne de la science-fiction qui prévoit d’insérer des informations sur la lentille, directement dans le champ de vision. Une surréalité  qui pourrait provenir du smartphone et autres capteurs et permettrait d’afficher : météo, emails, playlist musicale, état de santé ou statistique sportive… De quoi renvoyer aux musées les montres connectées et masques de réalité virtuelle.

Enfin, Sony envisage d’incorporer une mini caméra reliée au smartphone et permettant de prendre une photo ou une vidéo… en un clin d’œil. On aperçoit l’avènement d’un humain augmenté, doté d’une mémoire visuelle numérique qui viendrait compléter ou confirmer la mémoire humaine.

Des utilisations qui ne sont pas sans poser des questions de sécurité et d’éthique.

5. La télémédecine et les consultations à distance

L’accès à la santé est largement insuffisant dans de nombreuses régions du monde. Deux facteurs y contribuent : la faiblesse du nombre de médecins par habitant et l’éloignement de certaines populations vivant dans les régions rurales.

A partir de ce constat, une équipe de l’Université de Washington a développé le Spirocall qui permet de réaliser des examens respiratoires et de mesure pulmonaire via un simple téléphone.

En appelant le numéro dédié, le patient se connecte à un serveur qui joue le rôle de spiromètre et mesure la force et la pression de la respiration. Grâce à l’analyse des données et la comparaison avec une base préalablement constituée, le patient reçoit les résultats de sa mesure directement par sms, avec une fiabilité des chiffres supérieure à 90%.

 

Les mesures permettent alors de suivre le traitement ou d’orienter le patient vers des examens complémentaires si le diagnostic identifie une alerte. Médecins comme patients évitent ainsi déplacements et consultation, synonymes de pertes de temps pour des examens mineurs.

 

Ces innovations et bien d’autres seront à retrouver au salon Paris Healthcare Week.

Pour en savoir plus sur les expertises Redsen Consulting dans les domaines de la Pharmacie et de la Santé, découvrez notre offre Life Science.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus
scroll to top