FOCUS MARKETPLACE REDSEN

Se lancer dans une aventure Marketplace nécessite un questionnement profond sur la méthode de gestion de projet à adopter. L’étude de cadrage menée en amont (cf. 5 facteurs clés de succès d’une Marketplace)doit permettre d’éclaircir la stratégie relative à la gouvernance projet. Le choix de la méthode de gestion de projet découle en grande partie du cadrage business (étude d’opportunités, cible, analyse de la concurrence, etc.) ainsi que du cadrage fonctionnel de la future plateforme Marketplace (référentiels produits/services, user expérience, fonctionnalités de la plateforme, etc.).

L’ensemble des éléments étudiés lors de cette phase de cadrage initial, vont guider le futur opérateur à faire un choix technologique. Deux options s’offrent alors à lui : développer intégralement sa propre plateforme ou faire appel à un éditeur de solution Marketplace. Dans les deux cas, une méthode de gestion de projet adaptée est à mettre en place.

Deux approches projet sont régulièrement proposées en ce qui concerne la gouvernance d’un projet : la méthode classique (cycle en V) et la méthode Agile.

Le modèle « cycle en V »

Le modèle en cascade (cycle en V), qui est devenu un standard de la gestion de projet, apparaît comme une démarche adaptée aux futurs opérateurs Marketplace qui ont une vision précise de leur plateforme cible. Le modèle cycle en V ne laisse que très peu de place aux surprises. En effet, ce modèle nécessite d’avoir un MVP (Minimum Viable Product) clairement défini en amont.

En choisissant cette méthode de gestion de projet, le futur opérateur s’engage dans un processus où le besoin est figé et ne peut être amendé au fil du projet. Les évolutions de la plateforme seront envisageables uniquement dans un nouveau cycle, après livraison du produit final.

Cycle en cascade Redsen marketplace

Il est conseillé à un futur opérateur d’opter pour une démarche classique, si son besoin fonctionnel de la plateforme est clairement défini.

Pour rappel, les principaux risques d’un modèle en cascade sont les suivants :

  • Manque de souplesse : chaque phase doit être terminée (spécifications, conception, développement…) avant que la suivante puisse démarrer ;
  • Coût : chacune des étapes peut éventuellement durer plus longtemps et retarder la durée du projet. Ce dépassement de délais à un impact direct sur le coût du projet ;
  • La péremption du produit : sur des projets importants dont la durée de réalisation est de plusieurs mois, le cycle en V classique est à éviter. Le besoin peut évoluer à tout moment et remettre en cause tout ou partie du projet.

La démarche agile

Contrairement à une approche classique, la démarche agile permet de réviser la couverture fonctionnelle délivrée tout au long d’un projet pour s’adapter à l’évolution des priorités métiers et maximiser la satisfaction clients.

Les maîtres-mots des méthodes agiles sont « précocité » et « flexibilité ». Les acteurs d’un projet Agile sont constamment impliqués, permettant ainsi de faire évoluer les développements en fonction des besoins. Cette approche itérative implique un découpage fin du projet en différentes étapes (« sprints »). La planification d’un projet avec la méthode agile est rigoureuse.

La méthode agile apparaît comme une excellente méthode de gestion de projet pour les futurs opérateurs qui souhaitent faire évoluer leur besoin au fur et à mesure du projet (de façon incrémentale).

La méthode agile préconise :

  • L’adoption d’un cycle itératif et incrémental permettant à une équipe de s’adapter au contexte ainsi qu’aux changements qui apparaissent au cours d’un projet ;
  • L’implication du client dans le développement, permettant d’obtenir leur feedback quant au devenir de l’application en cours de développement ;
  • La définition d’objectifs à court terme qui permet de maintenir une pression constante mais supportable sur l’équipe, contrairement au cycle en V où, la pression sur les équipes s’intensifie à l’approche de la livraison finale;
  • La livraison d’un produit opérationnel de bonne qualité. Les nombreux tests et feedbacks utilisateurs présents tout au long du projet, permettent de livrer un produit qualitatif répondant aux différents besoins métiers et utilisateurs.
  • Une équipe projet réactive et des prises de décisions rapides.

Cette méthode est préconisée pour un futur opérateur ayant des besoins qui évoluent au cours d’un projet.

Par exemple, lorsqu’ un changement de cible s’opère au cours du projet ou les fonctionnalités de la plateforme sont revues régulièrement. La méthode agile est également un excellent moyen de pouvoir tester certaines fonctionnalités avec une possibilité de retour arrière (rollback) facile à exécuter.

Attention tout de même à ces méthodologies qui peuvent s’avérer énergivores en termes de ressources externes et internes, mais également en termes de ressources financières.

Le choix de la méthode de gestion de projet est à étudier en profondeur pour chaque opérateur désireux de se lancer dans l’élaboration d’une Marketplace. Pour l’opérateur, ce questionnement reposera sur différents aspects comme ses choix technologiques, ses ressources disponibles (humaines et financières), sa capacité à définir un MVP figé et cohérent ou encore sa maturité à fournir une vision globale et claire de son projet.

Alexandre Onufryk – Business Analyst Consultant

aonufryk@redsen-consulting.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus
scroll to top