La montée des “altcoins”

On a l’habitude de surtout parler de Bitcoin quand on évoque le sujet des cryptomonnaies, mais il faut savoir qu’il y en a d’autres, beaucoup d’autres !

Selon les agrégateurs de capitalisation boursière crypto, il existe aujourd’hui plus de 5000 cryptomonnaies (5098 aux dernières nouvelles !). Bitcoin est l’actif numérique le plus ancien et le plus connu et presque tout le reste est généralement appelé “altcoin”. 

Namecoin a été lancé en avril 2011 et le projet visait à décentraliser l’enregistrement des noms de domaine. Entre 2011 et 2014 (avant le battage médiatique de la blockchain de 2015) le taux de lancements d’Altcoin a commencé à croître fortement. Après le namecoin, les spécialistes ont assisté à la naissance de Ripple, Litecoin, Peercoin, Feathercoin, du Mastercoin, et de Unobtainium. Il existe maintenant des milliers de cryptomonnaies qui utilisent le code Bitcoin dont les développeurs ont modifié quelques détails mineurs comme avec Einsteinium, Dash, Zcash et Novacoin. Il existe également des dérivés (fork) d’Ethereum (ETH) avec des réseaux comme Ubiq,Eethereum classic et Wanchain. Qu’il y ait une pléthore d’imitateurs de Bitcoin n’est pas surprenant vu le succès de cette dernière. Mais c’est Bitcoin qui écrase tout le monde en termes de volumes de marché et de capitalisation, non ?

Eh bien non, plus tout à fait.

Les spécialistes parlent de “dominance” pour peser le poids du Bitcoin par rapport aux autres. Et force est de reconnaître que cette dominance s’érode de plus en plus. Jusqu’en février 2017, Bitcoin représentait largement plus de 80% de la capitalisation des cryptomonnaies. Mais en juin 2017, suite à la chute de son cours, Bitcoin ne représentait plus que 40% de cette capitalisation (et, dans le même temps, le cours d’Ethereum était montée à 31%). En septembre 2019, le cours du Bitcoin était remonté à 69% et s’est maintenu plus ou moins à ce niveau, mais, depuis décembre 2020, cette position dominante s’effondre et Bitcoin ne représente désormais plus que 51% (et Ethereum 12%) de la capitalisation des cryptomonnaies. Et ce ne sont pas ces deux leaders qui ont baissé (au contraire, le cours du Bitcoin, mais surtout celui d’Ethereum ont beaucoup monté pendant ce premier trimestre), mais plutôt les autres qui progressent sans cesse.

On peut penser que ce mouvement est dû à une volonté de profiter de la dynamique supérieure des “petits” (genre “j’ai raté le coche avec Bitcoin, mais je vais me refaire avec Cardano”) et d’éviter la “saturation” autour du Bitcoin. C’est aussi parce que les nouveaux projets promettent de tirer parti des erreurs des anciens : ainsi Cardano et Polkadot sont souvent présentés comme étant des Ethereum 2.0 avant la lettre (par exemple en utilisant la preuve d’engagement plutôt que la preuve de travail pour valider les nouveaux blocs, voir à https://cryptonaute.fr/proof-of-work-vs-proof-of-stake/).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus
scroll to top