Et c’est une bonne nouvelle!

Nous avions publié il y a quelques mois un article mettant en évidence la complémentarité des deux rôles « Business Analyst » et « Business Architect », intitulé de manière un peu provocatrice « Vous avez dit BA? » (Lien vers l’article).

La conclusion était que le Business Architect intervient en amont, en support de la Direction pour aider à structurer la stratégie de l’entreprise et à définir les initiatives permettant la mise en œuvre de cette stratégie.

Tandis que le Business Analyst intervient lui en aval, en support d’une équipe projet pour faciliter les échanges entre équipes métier et technique et s’assurer que la solution cible soit alignée avec les besoins exprimés.

Le Business Analyst dispose de son propre référentiel, c’est le BABOK (Business Analysis Body Of Knowledge) édité par IIBA (International Institute of Business Analysis – Lien vers IIBA Geneva). C’est d’ailleurs tout récemment que la nouvelle version du BABOK 3.0 a été publiée (Lien vers vidéo de présentation).

 

Ce qui est moins connu, du moins pour le moment, c’est que le Business Architect a lui aussi son référentiel: c’est le BIZBOK (Business Architecture Body of Knowledge).

Le BIZBOK est édité par le Business Architecture Guild (ou BA Guild), une association professionnelle à but non lucratif et proche de l’Object Management Group (OMG).

Le BA Guild a organisé son second « European Business Architecture Innovation Summit » à Berlin les 16 et 17 juin 2015, et Redsen consulting y était! De retour de cette conférence, nous avons tenu à vous présenter ce référentiel – encore en cours de construction – mais qui offre de nombreuses perspectives dans le domaine.

L’European Business Architecture Innovation Summit: Redsen y était !

Les sujets abordés lors de ce sommet illustrent parfaitement le périmètre d’actions de la Business Architecture: une discipline dont le but est de donner aux Directions générales l’information pertinente pour la prise de décision, alimentant ainsi le portefeuille des projets de l’entreprise et définissant les moyens de contrôle des processus et de l’organisation.

Ci-après, quelques extraits des thèmes et interlocuteurs de ce sommet qui illustrent ces propos:

  • Définition du plan de transformation chez Nordea Bank – Comment les principes de la Business Architecture ont permis d’identifier de nouvelles opportunités d’amélioration et de construire un plan de transformation pour satisfaire aux nouvelles contraintes réglementaires.
  • Implémentation et opération du système de pharmacovigilance pour l’agence européenne des médicaments – Comment la Business Architecture à permis d’aider à la construction, l’opération et l’amélioration continue du système de pharmacovigilance dans cette organisation matricielle.
  • Business Process Management et Business Architecture, le point de vue de bpm.com – Comment décrire l’entreprise dans toute sa verticalité, des niveaux stratégiques aux niveaux opérationnels ; quels modèles de description utiliser et comment les relier mutuellement de manière pertinente…

Une des principales conclusions – partagée par Redsen consulting – est que tout modèle est une simplification de la réalité produite dans un but précis qui influence directement le format du modèle!

La problématique qui est souvent revenue lors des débats est la suivante: comment fournir au Dirigeant l’information lui permettant de prendre les décisions pertinentes pour la mise en œuvre de sa stratégie?

Le Business Architecture Guild

« The Business Architecture Guild is a community of business architects who have come together to build and expand their profession »

Le Business Architecture Guild est donc une association dont le but est de structurer et développer la fonction de Business Architect. C’est une association internationale d’origine américaine dont les activités sont les suivantes:

  • Organisation d’événements, les Business Architecture Innovation Summit se tenant chaque année aux Etats-Unis et en Europe,
  • Publication du BIZBOK, l’ouvrage de référence qui définit la pratique de Business Architect, ses outils et ses méthodes,
  • Publication de diverses études et webinar.

La plupart de ces ressources ne sont accessibles qu’aux membres, mais certaines sont accessibles gratuitement.

La Business Architecture selon le BA Guild, c’est quoi?

La Business Architecture est définie dans le BIZBOK comme étant un modèle de l’entreprise permettant d’apporter une compréhension commune de l’organisation et d’aligner les initiatives tactiques sur les objectifs stratégiques.

Cette définition est aussi partagée par l’OMG Business Architecture Special Interest Group et par le Business Architecture Institute, deux associations proches du BA Guild.

Le BA Guild propose de découper la Business Architecture d’une entreprise sous forme de onze domaines représentant chacun une perspective de l’entreprise et permettant d’apporter la réponse à une question précise. La figure suivante présente ces onze domaines et les questions associées:

Les domaines de l’entreprise couverts par la Business Architecture (extrait du BIZBOK)

La Business Architecture part donc d’une description structurée et haut niveau d’une entreprise et c’est pourquoi elle s’adresse avant tout au Management (Direction Générale ou Equipe en charge de la stratégie et du développement de l’entreprise).

Les livrables à construire par le Business Architect sont à choisir parmi les Blueprints (nous retiendrons le terme « modèles » pour la suite). Un modèle est une représentation abstraite de la réalité. Plusieurs modèles sont proposés dans le BIZBOK, suivant le but recherché… Car on ne modélise pas pour modéliser, mais en fonction d’un objectif ! Ces modèles représentent chacun une vue particulière de l’entreprise ; il s’agit par exemple de Capability map (Carte des capacités), de Value stream (Chaîne de valeur) ou encore de Balance scorecard (Tableau de bord équilibré).

La Business Architecture permet ainsi de représenter des vues réelles de l’entreprise, pour aider le Management à se poser des questions structurantes pour planifier les changements et prendre les bonnes décisions.

Le BIZBOK, en bref…

Le BIZBOK est l’ouvrage de référence du BA Guild. Il contient à ce jour un peu plus de 550 pages et il est toujours en construction, même s’il contient déjà du contenu intéressant pour les Business Architects. Une toute nouvelle version du BABOK vient d’ailleurs d’être publiée, il s’agit de la version 4.5.

Le référentiel définit des artefacts et des bonnes pratiques pour décrire, analyser et faire évoluer l’architecture métier d’une organisation : carte des capacités, chaîne de valeur, cartographie des processus, etc. Des concepts sur lesquels Redsen Consulting investit en permanence (lien vers l’événement Redsen / Casewise).

Par ailleurs, le BIZBOK a une approche qui se veut plus pragmatique que d’autres référentiels, avec par exemple la description de 12 scénarios pour illustrer l’application des principes définis et des annexes incluant des artefacts permettant une mise en application pratique.

Et ensuite?

Répondez à notre sondage!

Redsen ambitionne de promouvoir la Business Architecture en Suisse Romande et en France. Notre groupe souhaite enrichir sa réflexion et partager son expérience avec toutes les organisations désireuses de promouvoir cette nouvelle discipline.

Julien Girodon, consultant Redsen Consulting Suisse

Commentaires

  1. Article très intéressant.

    Cependant, je ne vois pas bien la différence entre le Business Architect et l’Enterprise Architect. En outre, je crains que la multiplication des appellations n’introduisent des incompréhensions.

    Le terme de business analyst est déjà ambiguë. S’agit-il d’un contrôleur de gestion (amalgame réalisé dans bon d’offres d’emploi) ? Côté IT, s’occupe-t-il uniquement des besoins et exigences, ou également de la gestion de projet (nouvel amalgame très courant).

    Il en est de même pour le terme Enterprise Architect qui recouvre souvent un scope extrêmement large (du business architect au solution architect).

    Sans évoquer le product management qui introduit le terme de « product strategist » qui me paraît également assez proche des appellations pré-cités.

    1. Bonjour Eric,

      Tout d’abord, merci pour ce commentaire!

      Et je suis d’accord avec vous: distinguer différentes appellations doit apporter une vraie valeur, au-delà du simple aspect « marketing » 🙂 Et je vais vous convaincre – je l’espère – en répondant à vos remarques:

      Différence entre le Business Architect et le Enterprise Architect
      L’Enterprise Architect est différent du Business Architect dans le sens où étymologiquement, l’Enterprise Architect adresse toutes les vues de l’entreprise (Métier, Application et Technologie pour reprendre les vues définies dans TOGAF, LE référentiel des Enterprise Architects …). Alors que le Business Architect est lui un spécialiste de la vue Métier, en charge de structurer la stratégie de l’entreprise avec le Management et de s’assurer de l’alignement de cette stratégie avec les initiatives (les projets de transformation…) et avec les opérations (les processus métiers…).

      Ensuite, l’Enterprise Architect est très connoté Système d’Information, tout comme TOGAF qui est très largement utilisé dans les départements informatiques (même si la portée initiale du référentiel se veut bien plus large). Le Business Architect est lui exclusivement orienté Métier, tout comme le référentiel BIZBOK du BA Guild.

      Différence entre le Business Architect et le Business Analyst
      Je vous conseille de lire notre article dédié au sujet: http://www.redsen-consulting.com/2014/10/ba-ou-ba/
      Le rôle de Business Architect constitute clairement une évolution de carrière possible pour un Business Analyst.

      Différence entre Business Architect et Product Strategist
      Le Product Strategist est attaché à un Produit ou à une Solution informatique. Pas le Business Architect! Maintenant, il est vrai que les deux rôles travaillent à un horizon de temps équivalent (moyen à long terme).

      En conclusion…
      Chez Redsen consulting, nous avons la conviction qu’il faut voir derrière chacun de ces rôles des responsabilités bien différentes, avec des activités, des techniques et des outils spécifiques. Cela n’empêche en rien que suivant les organisations, plusieurs de ces rôles peuvent être portés par un même collaborateur… Avoir à l’esprit ces différences en fonction de la casquette prise à un instant donné permet d’être plus pertinent!

      Et l’avantage du BIZBOK est qu’il est très facile à intégrer avec les autres référentiels, notamment TOGAF édité par l’OMG très proche du BA Guild qui édite le BIZBOK … Mais nous écrirons prochainement un article à ce sujet …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus
scroll to top