Le Guide du corpus de connaissances de l’analyse d’affaires appelé BABOK (Business Analysis Body of Knowledge) est le standard reconnu à l’échelle internationale en matière d’analyse d’affaires. Le BABOK est l’ouvrage de référence sur lequel les praticiens peuvent s’appuyer pour mener à bien leurs analyses d’affaires, la plupart du temps dans le cadre de projets liés au système d’information de l’entreprise.

Publié par IIBA (International Institute of Business Analysis), le BABOK s’appuie sur les pratiques courantes utilisées et approuvées par des analystes reconnus issus du monde entier.

La première version anglaise du BABOK 1.0 a été publiée en 2005, la version 2.0 est parue en 2009. Le BABOK 3.0 devrait être publié d’ici la fin de l’année 2014 ou en début d’année prochaine.

Durant le premier semestre 2014, une première version « non définitive » du BABOK 3.0 a été diffusée par IIBA à plus de 5’500 relecteurs pour revue et discussion… l’occasion pour nous de découvrir les évolutions majeures de la version 3.0 par rapport à la 2.0.

Désormais, la nouvelle architecture du BABOK 3.0 s’article autour de trois axes majeurs qui regroupent les principales nouveautés et remaniements de cette nouvelle version du BABOK.

  • « Core concepts » : présentation des concepts de base du cadre référentiel
  • « Knowledge areas and tasks » : description des activités à mener pour chaque phase du projet
  • « Perspectives » : proposition de pratiques BA adaptées à des projets d’entreprise spécifiques

 
 

Les « techniques et compétences de base » permettant d’accompagner l’analyste d’affaire dans sa démarche ont également subi des évolutions dans cette version 3.0 du BABOK.

 

Des nouveaux concepts de base

 

La première grande nouveauté du BABOK 3.0 concerne l’évolution de son BACCM (Business Analyst Core Concept Model) avec l’introduction de nouveaux concepts de base et d’une terminologie commune. Les concepts de base sont interdépendants les uns avec les autres. La version 3.0 devrait embarquer les six concepts suivants dans son cadre référentiel :
Source: IIBA, Kevin Brennan

  • les changements : pour favoriser et appuyer le changement quand celui-ci est nécessaire pour l’organisation,
  • les besoins : pour comprendre les besoins, problèmes, contraintes, etc. auxquels est confrontée l’organisation,
  • les solutions : pour rechercher et proposer des solutions adaptées aux besoins de l’organisation,
  • la valeur ajoutée : pour s’assurer de la création de valeur ajoutée pour les acteurs et l’organisation,
  • les parties prenantes : pour identifier et comprendre l’intérêt des parties prenantes du projet,
  • le contexte : pour comprendre et analyser l’environnement du projet (tels que les comportements, la culture, les infrastructures, etc.) pouvant avoir un impact quel qu’il soit sur le projet.

 

L’introduction de ces nouveaux concepts de base démontre bien qu’aujourd’hui la discipline d’analyse d’affaires élargit son périmètre pour s’appliquer dans un contexte global de l’entreprise.

 

Des domaines de compétences renforcés

 

Le deuxième changement majeur dans cette nouvelle version du BABOK est le réalignement et le renforcement des domaines de compétences.

Le BABOK 3.0 devrait couvrir un périmètre plus large sur un projet d’entreprise. Les domaines de connaissances permettront de gérer sur un même plan la quasi-totalité des phases du projet : l’analyse stratégique de l’entreprise, l’élicitation des besoins, la gestion du cycle de vie des exigences métier, etc.
Source: IIBA, Kevin Brennan
Ce travail de renforcement des domaines de compétences a également abouti à un changement de la terminologie par rapport à la précédente version du BABOK.

 

Comparaison des domaines de connaissances du BABOK 2.0 et 3.0 :

 

* Evolutions dans le BABOK 3.0

 

Des nouvelles perspectives

 

La troisième grande nouveauté du BABOK 3.0 est l’introduction de cinq nouvelles perspectives.

L’objectif de ces perspectives est de faciliter l’identification des processus et des pratiques d’analyse d’affaires à appliquer dans des typologies de projets spécifiques.

Ces perspectives permettront aux analystes d’affaires d’accéder plus facilement aux techniques adaptées à des situations particulières ou méconnues.

Plus concrètement, ces perspectives constituent un outillage pour intervenir plus aisément sur différentes disciplines telles que l’agilité en entreprise, l’informatique décisionnelle, l’architecture d’entreprise, la gestion des processus métier, les technologies de l’information, etc.

 
Source: IIBA, Kevin Brennan
La création de ces nouvelles perspectives devrait permettre à l’analyste d’affaire d’élargir son champ d’actions et de couvrir ainsi davantage de disciplines (identifiées en rouge sur le diagramme ci-dessous). Les disciplines orientées « technique » et « managériale » (identifiées en noir sur le diagramme ci-dessous) ne rentreront pas dans le périmètre du BABOK 3.0.

 
Source: IIBA, Kevin Brennan

 

Des techniques et compétences de base revisitées

Le BABOK 3.0 devrait également inclure une vingtaine de nouvelles techniques spécifiques telles que le suivi de problème, la collaboration pour l’échange d’idées, la gestion des retards, modélisation et décisions, etc. Des techniques qui accompagnent l’analyste d’affaires dans son travail d’analyse et de recherche de solutions.

Concernant les compétences de base, mise à part quelques changements de noms et l’ajout de compétences spécifiques, peu de modifications seront intégrées à cette nouvelle version du BABOK 3.0.

 

En conclusion : BABOK 3.0, une approche élargie de l’analyse d’affaires

Le BABOK 3.0 s’étoffe peu à peu par rapport à sa précédente version, il reflète clairement l’évolution et l’essor du rôle de l’analyste d’affaires au sein de l’entreprise. Avec la création des perspectives et la mise à jour des techniques et compétences de bases, l’analyste d’affaires devrait être mieux outillé à l’avenir pour s’attaquer aux divers chantiers de transformation de l’entreprise.

L’introduction de nouveaux concepts de base démontre clairement la volonté d’aborder l’analyse d’affaire dans la globalité de l’organisation. A ce propos, l’analyse d’affaires est maintenant décrite comme étant une « pratique visant à favoriser le changement dans une entreprise, par la définition des besoins et la recommandation de solutions qui apportent de la valeur aux parties prenantes ». La gestion du changement devient entre autres un nouveau concept de base de cette version 3.0. La prise en compte du changement et du contexte projet permettra d’assurer la « transformation contrôlée de l’organisation ». Le changement devient alors un allié et un levier favorisant la création de valeur et la réussite de l’entreprise.

Espérons que cette version 3.0 du BABOK soit suffisamment claire et pragmatique. En pratique, la mise en œuvre de nouveautés dans les « référentiels méthodologiques » est parfois contraignante et difficile à appliquer… cependant, une chose est sûre : les entreprises doivent faire face à une complexité grandissante toujours plus difficile à maîtriser. Les besoins en analyse d’affaires devraient encore largement augmenter dans les années à venir !


 

Thomas METRAL, Consultant Architecte d’entreprise, Redsen Consulting Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir plus
scroll to top